Déminéralisation et gestion écologique du cimetière

 

Action Capitales Françaises de la Biodiversité 2019

 

  • Organisme / institution en charge de la mise en œuvre : ville de Gennevilliers
  • Services de la collectivité associés : Service Espaces Verts
  • Budget : 35 034 € (5 034 € pour des prestataires extérieures + 20 000 € équivalent à du temps passé par les agents du Service Espaces Verts)
  • Partenaires techniques : Service Espaces Verts ; Universal Paysage ; Ligue pour la protection des oiseaux (LPO)
  • Date de début du projet : 01/01/2009
  • Date de fin : 01/01/2014
Cimetière

OBJECTIFS

La ville de Gennevilliers est inscrite dans une démarche globale de gestion écologique de l'ensemble de ses espaces verts depuis une dizaine d'années avec le passage au Zéro-phyto dès 2008 dans les espaces verts (cimetière en 2010) et sur l'ensemble de la voirie, puis la mise en place d'une gestion différenciée en 2010. Avec plus de 30 000 m² de surfaces plantées, le cimetière de Gennevilliers est un des principaux espaces verts de la ville avec des enjeux forts à la fois pour les habitants et la biodiversité. Afin de favoriser la présence de la nature sur ce site et répondre aux enjeux liés aux changements climatiques, le Service Espaces Verts a fait évoluer ses méthodes de gestion en se fixant plusieurs objectifs :

  • déminéralisation de la plus grande partie des allées piétonnes à l'intérieur des divisions du cimetière ;
  • arrêt de l'utilisation des produits phytosanitaires et mise en place d'une gestion différenciée ;
  • diagnostic écologique et installation d'abris pour la faune ;
  • formation des agents du service et sensibilisation du public et d'autres collectivités.

 

MESURES MISES EN ŒUVRE

Plusieurs opérations faisant appel aux solutions fondées sur la nature (permettant à la fois de répondre à une stratégie d’adaptation et d’atténuation du changement climatique et aux enjeux de biodiversité) ont été réalisées depuis 2008 :

  • engazonnement de près de 1 ha d'allées gravillonnées dans les divisions, soit une diminution de 23 % de la surface minérale (suppression de l’épaisseur superficielle des gravillons et semis d’un gazon résistant à la sécheresse), cette action permet notamment de réduire les phénomènes d’îlots de chaleur urbain et de ruissellement des eaux pluviales ;
  • remplacement de haies mono-spécifiques par des haies vives d’essences diversifiées ;
  • création de massifs d’arbustes, fleuris et de vivaces sur une surface de 600 m² ;
  • arrêt d’utilisation de produits phytosanitaires et mise en place d'une gestion différenciée en 2010 avec recyclage des broyats de taille en bois raméal fragmenté comme paillage ;
  • diagnostic écologique réalisé en 2011 par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO)  qui sera mis à jour d'ici 2020 ;
  • équipement en nichoirs de 15 arbres en 2012 avec la LPO. Un suivi du taux d'occupation est réalisé annuellement par les jardiniers. Un hôtel à insectes a été installé pour favoriser les insectes pollinisateurs et auxiliaires des cultures. De plus, des ruches ont été installées en 2018 ;
  • pose de 9 panneaux d'information et de sensibilisation auprès du public en 2013 ;
  • réalisation d'une formation sur la gestion différenciée auprès des agents du service espaces verts en 2014 ;
  • plusieurs visites organisées et une journée de formation intercommunalités en partenariat avec le Syndicat des eaux de la Presqu'Ile de Gennevilliers a eu lieu en 2018.

 

RÉSULTATS / IMPACTS POUR LA BIODIVERSITÉ

Le cimetière d'une surface totale de 7,5 ha bénéficie actuellement de la présence de 370 arbres, 5 200 m² de zones boisées et d'arbustes, 2 200 m² de haies et 600 m² de massifs fleuris et de vivaces, ainsi que 22 800 m² de surface enherbée en gazon et prairie. Cet espace offre un nouvel habitat aux espèces faunistiques et floristiques grâce à la gestion du Service Espaces Verts qui permet également aux espèces végétales spontanées de s'implanter.

Les inventaires montrent l’augmentation du nombre d’espèces spontanées au fil des années : aubépine, cornouiller, Orchidée pyramidale, Orchidée ophrys abeille.... Des traces de lapins, d’hérissons, de fouines et de renard ont été relevées. D’autres espèces sont observées occasionnellement pour s’alimenter comme le faucon crécerelle et le pic vert.

En plus d'être favorable à la biodiversité, les actions mises en place permettent une meilleure résilience face au changement climatique en cas de fortes chaleurs ou de fortes pluies (déminéralisation et renaturation des allées, plantations…).

Coordonnées

Gennevilliers
Contact

Claude DANIEL, responsable du Service des Espaces Verts

claude.daniel@ville-gennevilliers.fr

01 40 85 63 43