Développer un éco-campus démonstrateur autour du thème de l'eau sur le site de LyonTech à Villeurbanne - La Doua

 

Action issue du Plan Nature en ville

Plus d'informations

 

La Communauté d'Universités et d'Etablissements de Lyon a décidé de faire du campus LyonTech-la Doua un écocampus. Un Ecocampus c'est d'abord un écoquartier, et la première originalité de cet écoquartier par rapport à la multitude de projets qui se développent en France est qu'il s'agit d'un écoquartier qui doit être reconstruit sur lui-même. Les technologies à développer et à mettre en oeuvre dans un cadre de réhabilitation sont tout à fait différentes de celles utilisables dans un écoquartier neuf. Les enjeux sont également beaucoup plus forts car il y a beaucoup plus de quartiers à réhabiliter que de quartiers neufs à construire.

La seconde originalité, encore plus forte, est que cet écoquartier est un campus. C'est-à-dire que les personnes qui le fréquentent sont majoritairement des étudiants, des enseignants et des chercheurs. L'idée centrale de ce projet d'éco-campus, consiste donc à faire des objets construits et réhabilités des objets de démonstration, de formation et de recherche.

lyon doua

DESCRIPTION DE L'ACTION

L'action est prévue à deux niveaux :

  • Tout d'abord, il s'agit d'aménager la totalité du campus de la Doua en accordant une place forte à la thématique de la gestion durable de l'eau : organisation de trames vertes et bleues, récupération et valorisation des eaux pluviales, utilisation de technologies innovantes et naturelles de gestion de l'eau,...Cet aménagement sera complété par une instrumentation scientifique complète permettant de suivre les effets de la réhabilitation du campus en mesurant, sur la durée, des paramètres représentatifs de sa "durabilité" : évolution de la qualité du sol, de l'air, de la nappe, des flux d'eau et de polluants rejetés, de la biodiversité, du microclimat, etc. Au-delà des conséquences environnementales, un suivi socio-économique complet est également prévu : modalités d'adaptation des comportements aux nouveaux objets ou aux nouvelles pratiques de gestion (aussi bien pour les utilisateurs que pour les acteurs comme les entreprises ou les gestionnaires...) ; effets sur le bien-être et sur la santé ; évaluation des impacts économiques...

 

  • Le deuxième niveau sera constitué par la mise en place d'une quarantaine d'expérimentations de technologies ou de pratiques de gestion innovantes, ainsi que leur suivi scientifique sur une durée longue (de l'ordre de la dizaine d'années au moins) pour tenir compte des effets du vieillissement, de la maintenance, etc...

 

Les objectifs de cette partie sont de deux natures :

- qualifier et quantifier les performances réelles des technologies étudiées sur la durée et contribuer à les améliorer ;

- favoriser leur diffusion en construisant une vitrine de technologies en vraie grandeur, faisant l'objet d'un suivi scientifique indépendant, utilisés par les étudiants dans leur vie quotidienne, mais aussi pour leur formation. 

 

OBJECTIFS

Trois objectifs principaux sont visés:

  • mieux former tous les étudiants aux principes et aux outils du développement durable et contribuer ainsi de façon efficace à la diffusion des idées ;
  • construire une véritable vitrine des écotechnologies permettant de réduire le temps de l'innovation et favoriser ainsi le développement économique et la croissance verte ;
  • développer la lisibilité et l'attractivité de l'Université de Lyon en l'identifiant à un projet innovant et original.

 

Le thème emblématique choisi pour "l'écocampus LyonTech-la Doua" est la gestion durable de l'eau en ville. Ce thème se justifie par la présence extrêmement forte de l'eau sur le territoire : eau naturelle, celle du Rhône dans le parc de la Feyssine, ou celle de la nappe phréatique sous le sol du campus, mais aussi eau "urbanisée" par la proximité de la principale zone de captage d'eau potable de Lyon ou par celle de la station d'épuration de la Feyssine. Il se justifie enfin par l'importance et la qualité des équipes de recherche travaillant sur ce sujet sur le campus de la Doua et par la capacité que ces équipes ont eu de s'organiser entre elles, autour de la zone atelier bassin du Rhône (ZABR) ou de la Fédération de recherche OTHU, et de s'organiser avec les opérateurs publics ou privés que sont la Communauté urbaine de Lyon, l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse et les grands groupes industriels.

 

CALENDRIER DE MISE EN OEUVRE

Des premières réalisations pilotes sont en cours de mise en place pour tester la pertinence du concept (par exemple un parking en béton poreux autoplaçant réalisé par la société Lafarge et suivi sur le plan scientifique par le LGCIE). Si l'équipement d'excellence est retenu, l'instrumentation scientifique du campus devrait se déployer au cours de l'année 2011. Les réalisations pourraient se mettre en place de façon progressive au cours des 2 à 5 ans à venir selon l'articulation avec les opérations financées dans le plan campus. La mise en place complète de même que l'utilisation à plein régime du dispositif devrait être effective en 2015.

 

AVANCEMENT DE L'ACTION

Programmés dans le cadre du Plan Campus, les travaux d'aménagement extérieurs ont bénéficié d'un suivi scientifique, notamment pour la gestion des eaux pluviales et la biodiversité urbaine.

Le projet de réhabilitation intègre des expérimentations en gestion des eaux pluviales avec la réalisation de 4 planches d'essai de 40 à 60m² sur un premier parking permettant à des entreprises de tester de nouveaux matériaux poreux, et l'aménagement sur un second parking de nouveaux dispositifs - noue, tranchée et deux chambres de mesure - pour suivre la qualité de l'eau. La requalification d'une voie routière a permis l'aménagement de trottoirs intégrant des tranchées d'infiltration. La prolongation de la coulée verte du campus, déjà équipée d'une rivière sèche, accueille des grilles d'infiltration "Evergreen" en pied de bâtiments. Ces dispositifs scientifiques s'ajoutent à ceux déjà existants, en particulier deux bassins d'infiltration sous-terrain et à ciel ouvert et un puits d'infiltration.

Le projet de gestion innovante de l’eau s’accompagne d’une continuité paysagère et écologique avec la prolongation de la coulée verte, la création d’un jardin partagé étudiant, l’installation de totems à insectes et de nichoirs à oiseaux. La mise en œuvre d’une gestion alternative des espaces verts vient compléter ces aménagements en favorisant les fauches tardives, les prairies fleuries de certaines parcelles et la plantation d’essences locales et nectarifères. Le volet « biodiversité » fait aussi l’objet d’un suivi scientifique et pédagogique tant au niveau biologique « nature en ville » que sociologique « acceptation sociétale » des fonctionnalités nouvelles et services offerts par ces technologies en milieu urbain.

De par sa situation privilégiée dans la pénétrante verte de l'agglomération lyonnaise, le campus LyonTech-la Doua s’inscrit naturellement dans une logique de continuité urbaine verte et bleue avec le Programme Paysage et Environnement de Villeurbanne, le Schéma Directeur Universitaire de la Communauté d’Université et d’Etablissement de Lyon et le programme d’investissement d’avenir Ville de demain du Grand Lyon.

 

Exemples de recherches associées aux dispositifs « eaux pluviales » :

Le projet OMEGA-ECOCAMPUS s’intéresse à l’évaluation locale des services effectifs rendus par les systèmes d’assainissement (et par extension par les services « d’eau ») urbains. Il vise à construire un outil d’aide à la décision et au pilotage basé sur des indicateurs pertinents permettant de mesurer l’évolution du service rendu par le système de gestion des eaux pluviales du campus LyonTech-la Doua et ce afin :

- d’offrir à terme une vision globale du système,

- d’intégrer les besoins et attentes des acteurs des territoires superposés,

- d’intégrer les différents acteurs à la prise de décision,

- d’adopter une gestion adaptative,

- d’utiliser les connaissances locales,

- d’ajuster la méthode et les ambitions aux ressources disponibles et réciproquement.

Pour en savoir plus sur le projethttp://www.graie.org/OMEGA2/spip.php?article42

 

Retenu à l’ONEMA, le projet MICROMEGAS a pour objectif d’étudier le rôle des techniques alternatives sur la gestion des micropolluants dans les rejets urbains de temps de pluie et de mettre en perspective :

-le rôle de différentes techniques alternatives de gestion des eaux pluviales à la source par rapport à des techniques centralisées en proposant des indicateurs de performance intégrant différents points de vue et différents contextes locaux. 

-les représentations des maîtres d’ouvrage, des gestionnaires et des usagers de ces ouvrages sur ces micropolluants. Ces perceptions et les pratiques qui en résultent sont-elles de nature à impacter les performances des systèmes eux-mêmes ?

-les outils prescriptifs à mettre en place dans le cadre d’une politique de planification, conception ou gestion (maintenance et contrôle), pour limiter les rejets de micropolluants dans les milieux récepteurs et améliorer la gestion des ouvrages. 

 

Exemple de recherches associées aux dispositifs « eaux pluviales et biodiversité » :

Les espaces verts ou espaces végétalisés urbains, organisés en « infrastructure verte » sont des éléments de « nature » en ville omniprésents dans la plupart des villes du monde de par leur multifonctionnalité. Le projet URBIEAU vise à confronter la pertinence des fonctions les plus fréquemment attribuées aux espaces végétalisés en utilisant les méthodes des trois champs disciplinaires suivants :

-fonction d’accueil des usages assurée par les modalités de gestion des acteurs,

-fonction de service hydrologique,

-fonction de support de biodiversité.

Ces trois fonctions des espaces végétalisés : accueil des usages, gestion des eaux pluviales et support de biodiversité sont invoquées pour justifier des politiques d’organisation de la ville, tout en n’étant jamais évaluées simultanément pour un même espace. C’est la multifonctionnalité que le projet URBIEAU a pour vocation d’étudier sur une infrastructure verte, celle de l’Ecocampus LyonTech-la Doua, qui dispose d’un réseau d’espaces végétalisés de fonctions a priori variées.

Pour en savoir plus sur le projethttps://www.insa-lyon.fr/fr/projets-de-recherche

Coordonnées

Université de Lyon 92, rue Pasteur CS 30122
69361
Lyon