Micro-fleurissement du quartier Méditerranée

 

Action Capitales Françaises de la Biodiversité 2017

 

Organismes en charge de la mise en œuvre : Ville de Montpellier Direction Paysage et Biodiversité, Associations de quartier Mare Nostrum et Huerta Libre

Services de la collectivité associés : Direction de la Communication

Budget : 20 000 €

Partenaires financiers : Montpellier au Quotidien

Partenaires techniques : Entreprise Sport & Environnement, GrDF

Date de début du projet : 11 novembre 2013

Date de fin : 10 octobre 2015

 

 

micro-fleurissement du quartier Montpellier

Objectifs

Améliorer le bien-être dans le quartier, par le fleurissement des rues. Ramener de la fraicheur et de la biodiversité dans le quartier. Favoriser l’appropriation des rues par les habitants.

Mesures mises en œuvre 

Avant ce projet, une dizaine de petits projets de micro-fleurissement (micro-implantations florales ou "MIF") ont été réalisés  dans différents quartier de Montpellier, sous des formes variables : des trous rectangulaires de 20x30 cm,  des longueurs entre 0,30 m et 5,00 m (de 20 à 30 cm de large), des trous en pied d'arbre, ou encore en pied de garde-corps et toujours à faible profondeur à environ 30 cm.

Le projet de MIF du quartier Méditerrané a été impulsé par une demande de fleurissement du quartier en automne 2013,  émanant des habitants du quartier.

Durant la première année la coordination du projet a été réalisée avec l’association du quartier : l’Association Mare Nostrum, des animations de sensibilisation pour expliquer le projet ont eu lieu ainsi qu’un recensement de l'intérêt pour le projet auprès des habitants.

Un groupe d'étudiants et plusieurs membres de l'association du quartier Association Mare Nostrum, en coopération avec l'association La Huerta Libre ont mené une enquête dans une quinzaine de rues du quartier.

Le résultat de cette enquête a été le recensement d’une dizaine de rues partantes pour le projet, avec 85 adresses demandeuses et autant d’attestations d’engagement signées. 

Durant la deuxième année, des réunions régulières de suivi sur site ont été menées avec l'association du quartier. Une vérification technique de la faisabilité du projet (pour les lieux exacts des incisions dans le bitume), un premier marquage au sol 2-3 mois avant la réalisation, puis un deuxième marquage final avec l'entreprise (après vérification avec Gaz de France) ont été mise en œuvre.

Une sensibilisation sur la  nécessite de mettre en place des protections des pieds des plantes a été faite auprès des habitants volontaires.

Au final 118 trous (trous de 20 cm X 30 cm X 30 cm de profondeur) ont été créés en octobre 2015.

Le jour de la plantation par les habitants : le MIF  a été inauguré par le maire et les élus de quartier,  et les partenaires.

118 plantes grimpantes ont été distribuées (avec des fiches d'info sur les espèces) et plantées dans les trous réalisés. En parallèle la Direction Paysage et Biodiversité a animé un stand de bouturage.

Depuis la réalisation du micro-fleurissement, le suivi des plantes est réalisé en collaboration avec l'association du quartier. Elle s’assure de la survie, de la durabilité du projet, mais aussi de la motivation des habitants impliqués.

La réussite de la plantation est de 98%. Environ 2% de mortalité/perte de plantes a été relevée et est majoritairement due au vandalisme. Les pieds qui n’ont pas survécu sont ceux pour lesquels aucune protection des pieds des plantes n’avait été mise en place. Les plantes ont ensuite été remplacées dans des délais très courts.

Résultats

Après ce projet, d'autres ont vu le jour (comme le MIF de la rue Roucher au Centre historique, dans l‘écusson - St Roch, inauguré le 21 mars 2017).

L'équipe du faubourg Méditerranée a été (et est toujours) volontaire pour recevoir et sensibiliser des groupes d'autres quartiers, dans un but de passer l'information sur leur expérience, les défis, problèmes à résoudre dans le quartier, comment anticiper, et sur la joie que ce projet procure encore à ce jour. Ce site est devenu une référence pour d’autres associations avec des nombreuses visites sur place.

L’association et les habitants participants sont très satisfaits du résultat, qui s’améliore chaque année, avec des nouvelles demandes transmises pour la création de poche de plantations supplémentaires. Des visiteurs viennent dans le quartier pour y prendre des clichés.

Un effet secondaire intéressant pour la citoyenneté, est que ce projet a créé du lien social dans le quartier. Les gens parlent davantage entre eux, et des familles ont été aidées à sortir de l'isolement.

L’animation du quartier étant une réussite, l’association du quartier a lancé des demandes pour un jardin partagé, un rucher, et un « arbre à livres » (un projet de libre échange de livres sur la place publique).

Les intérêts pour la ville sont multiples : une sensibilisation de la population urbaine sur l’entretien de l’espace public par leur participation à ce projet ainsi que  leur satisfaction suite à sa réussite ; un paysage amélioré avec des changements de rues très minéralisées à des rues verdies ; une augmentation de la biodiversité dans ces rues; une amélioration du bien-être dans le quartier, car les plantes grimpantes rafraichissent les rues, procurent un peu d’ombre ou de protection des maisons contre la chaleur, et l’air est plus pur car les plantes peuvent  capter la poussière avec leurs feuilles.

Ce projet à coût relativement réduit a amené de très nombreux bénéfices au quartier.

Impact pour la biodiversité 

De nombreuses plantes grimpantes de différentes espèces offrent un refuge à la petite faune (insectes, oiseaux). Jasmin étoilé, Clématite, Solanum, Chèvrefeuille, Bignone, Plumbago, Rosier de banks, Passiflore et Abutilon. Ces plantes grimpantes de différentes espèces, offrant une panoplie de couleurs et  odeurs. Mêmes si les espèces plantées ne sont pas locales, elles sont adaptées au climat méditerranéen, et leurs fleurs offrent nectar aux pollinisateurs et fruits aux insectes et oiseaux.

Coordonnées

Montpellier
Contact

Stéphanie Grosset, chargée de mission biodiversité, ville de Montpellier
Tél. 04 34 88 79 32
stephanie.grosset@ville-montpellier.fr