Une ville nourricière qui préserve la biodiversité sauvage et domestique

 

Lauréat des villes moyennes 2018 - Capitales Françaises de la Biodiversité

 

Organisme/institution en charge de la mise en œuvre : la ville de Grande-Synthe
Services de la collectivité associés : Service espaces publics et nature ; Centre d’initiation à l’environnement ; Service vie associative ; Maisons de quartiers ; Service protocole ; Université populaire
Budget : 70 000 € (fruitiers, tuteurs, toile de jute : 67 300 € / matériel de presse : 2 700 €)
Partenaires techniques : Centre régional de ressources génétiques (CRRG) ; Association la forêt qui se mange ; Université populaire ; Association les résidences fleuries ; Espaces naturels régionaux (ENRx)
Date de début de projet : 01/01/2011
Date de fin : 01/12/2019

Ville nourricière

OBJECTIFS

Depuis 2010, la préservation de la biodiversité est devenue une priorité pour Grande-Synthe. De plus, la commune s’inscrit dans une démarche de « ville nourricière » : en créant des espaces nourriciers, elle crée des espaces verts prenant en compte la biodiversité (aucun traitement chimique…) et renforçant les corridors écologiques de la collectivité. La conception de la gestion de ces espaces, le respect de la faune du sol, le choix des espèces plantées, participent à la sauvegarde des espèces sauvages et domestiques. Les sites
« nourriciers » de la ville contribuent également à créer du lien social entre les habitants et améliorent le paysage urbain avec ses couleurs au moment de la floraison et de la mise en fruits.

 

MESURES MISES EN ŒUVRE

  • Réalisation de 20 vergers en partenariat avec les maisons de quartier avec plus de 1 000 arbres fruitiers plantés dans la ville ; création de vergers traditionnels en implantant des espèces locales et régionales oubliées ; création de vergers expérimentaux avec l’appui de l’ENRx et des pépiniéristes spécialisés qui ont fourni des variétés anciennes.
  • Création d’un tableau de bord de gestion écologique des vergers.
  • Mycorhization de racines d’arbres.
  • Mise en place de l’éco-pâturage en privilégiant les espèces locales de bovins et d’ovins menacées d’extinction.
  • Mise en ligne du site « la forêt qui se mange » en partenariat avec l’association la forêt qui se mange.
  • Réalisation de massifs de plantes vivaces comestibles (exemple devant la maison de quartier du Moulin).
  • Création de 6 jardins populaires en partenariat avec l’université populaire.
  • Fabrication avec les habitants du jus de pomme pour le service protocole de la ville.
  • Mise en place de ruchers pédagogiques en ville.
  • Mise en place d’une grainothèque variétale (université populaire).
  • Création d’une ferme urbaine de 9 ha : mise à disposition de terres agricoles certifiées AB.

 

RÉSULTATS/IMPACT POUR LA BIODIVERSITÉ

  • Sauvegarde des variétés régionales de fruitiers (257 variétés sur la ville et Puythouck).
  • Habitats prairiaux préservés suite à la mise en place de fruitiers.
  • Suivi des papillons de jour avec le programme de sciences participatives « Propage » : amélioration de la population des papillons en ville.
  • Augmentation du nombre d’insectes pollinisateurs observés

Coordonnées

Grande-Synthe