Développer l’habitat en cœur de bourg et village

Comment produire un habitat qualitatif en respectant l’objectif ZAN ?

Entre 2012 et 2017, le rythme moyen d’artificialisation en Île-de-France était de 840 ha/an selon le mode d’occupation du sol, avec des conséquences sur l’environnement comme la destruction de la biodiversité, une augmentation du niveau de pollution et des émissions de CO2. À l’échelle nationale, l’habitat représente la plus grande part des terres artificialisées (42 %), avant les réseaux routiers (14 %), le bâti agricole (8 %) ou encore les services et infrastructures (14 %). C’est dans ce cadre que le gouvernement a émis dans son Plan biodiversité en 2018 l’objectif Zéro artificialisation nette. Celui-ci doit permettre la production de formes d’urbanisation plus sobres en consommation d’espaces et plus intenses en nature, grâce à des processus comme la densification urbaine, le renouvellement urbain et la renaturation des terres.

 

En savoir plus

Informations bibliographiques

Thématiques
Architecture
Type
Compte-rendu
Auteur
L'Institut Paris Région
Date de publication